• AMTM LE DORAT

    COMMENT EST UTILISE L ARGENT DE LA CAGNOTTE ET DES COTISATIONS surprised
     
    AMTM - Le Dorat 2019
     
    AMTM - Le Dorat 2019 Bonjour, l'argent va servir dans un premier temps aux frais de fonctionnement de l'association pour pouvoir proposer un dossier de candidature. En effet, l'assoc' a du embaucher une personne en 1/3 temps pour l'année 2016 et il y aura des frais de déplacements à prévoir pour présenter la candidature en Nouvelle Zélande. Dans tous les cas, vos cotisations serviront à défendre le projet.wink

  • Les raisons de la tonte

    Les raisons de la tonte

    Déjà, il faut savoir que la laine du mouton est une fibre qui pousse en continu. En hiver, elle lui protège du froid mais au printemps elle devient plus encombrante qu’autre chose. Devenue bien épaisse, la laine est sale et pleine de débris de paille, de foin, de grains et de parasites. Elle devient également humide et moisie. Au premiers chaleurs, le mouton ne cherche plus qu’à se débarrasser de cette toison inconfortable en se grattant contre les clôtures, les arbres, etc. Il arrive parfois qu’il se retrouve prisonnier des ronciers ou branches pris dans la laine, et sans intervention condamné à mourir de soif ou de faim. Bref, il est nécessaire de tondre le mouton au minimum une fois par an pour trois raisons :

    • Le bien-être de l’animal. Après la tonte, les bêtes sont plus propres, plus légères et plus dynamiques. La tonte stimule l’appétit des brebis et des agneaux et augmente la vigueur des béliers. En effet, l’agneau trouve plus facilement les mamelles de sa mère et lui évite de téter en vain des mèches de laine.
    • L’hygiène. La tonte permet d’éliminer les parasites externes (tiques, myiase, gales, mélophages….) et limite les risques de myiases (attaque par les asticots qui profitent de l’humidité de la toison). De plus, la tonte de l’arrière train, ou écussonnage, soulage l’animal des parties crottées.
    • L’élevage plus facile. Une fois tondus, l’éleveur diagnostique mieux l’état de santé de ses animaux. Les manipulations (tri, prises de sang, vaccinations, taille des onglons, sortie de bergerie…) sont plus aisées et moins risquées (risque d’étouffement). Enfin, dernier argument, le fait d’être tondu gagne de la place en bergerie et à la mangeoire, sans compter une atmosphère moins humide et donc plus saine.
  • CHAMPIONNAT DU MONDE DE TONTE DE MOUTONS AU DORAT 87

    Christophe Riffaud et son équipe préparent la candidature 2019 pour recevoir la « planète tonte » des moutons au Dorat. L’étape qui s’annonce est la présentation du projet à la Nouvelle-Zélande, en 2017.

    Titré champion de France au championnat de tonte de moutons au Dorat en 2013, Christophe Riffaud se sent pousser des ailes. Éleveur de bovins sur la commune et tondeur de moutons à ses heures perdues – ou plutôt bien remplies d'un entraînement intensif à la tonte – il prépare avec son équipe la candidature 2019 pour accueillir, toujours au Dorat, le championnat du monde de tonte de moutons. Si la candidature est retenue, l'événement mondial donnera une sacrée notoriété à la commune.

    Pourquoi vouloir organiser le championnat du monde au Dorat ? La commune a déjà accueilli trois compétitions de grande ampleur de tonte de moutons en 2013 : le concours : le concours international, le championnat de France et le tournoi des six nations. Suite au succès de ces manifestations, qui ont attiré 150 tondeurs en provenance de toute l'Europe, impliqués 60 partenaires, 140 bénévoles, pour une fréquentation de 10.000 visiteurs sur deux jours, nous avons alors pensé, pourquoi pas repartir sur un autre concours ? Plus ambitieux cette fois-ci. Combien de tondeurs participent au championnat du monde ?
    300 tondeurs, de plus de 30 nationalités différentes. C'est aussi 5.000 animaux tondus et 30.000 visiteurs sur une semaine. Avec un village exposants pour les produits régionaux, la présentation de races ovines françaises, une restauration… De quoi montrer les atouts de notre territoire

    Comment se déroule la préparation d'un tel événement ?
    Nous avons commencé par constituer une association spécifique fin décembre. L'association des tondeurs de moutons (ATM). Nous avons désigné le conseil d'administration et le bureau. Cette année, nous réalisons le dossier de financement et préparons notre candidature en vue de présenter notre projet en février 2017, au World Council, en Nouvelle-Zélande, qui est l'un des pays fondateurs de l'événement, avec l'Angleterre et l'Australie. Si notre candidature est retenue, nous préparerons l'organisation de l'événement dès le mois de mars. Le championnat du monde de tonte de moutons a lieu en juillet 2019

    Quelle est la différence avec Tech Ovin ?
    Tech Ovin est un salon de professionnels. Le championnat du monde de tonte de moutons est une manifestation sportive, ouverte à tous, avec une grosse partie consacrée à la compétition qui dure quatre jours. La tonte de moutons c'est du sport de haut niveau. Mais tout le monde peut venir participer, à condition de s'entraîner. Au championnat du monde, les meilleurs tondeurs s'affrontent dans trois catégories : tonte machine, tonte ciseaux, tri et ramassage de laine. Les compétiteurs sont jugés sur leur rapidité, mais aussi sur la qualité de la tonte. J'ai participé deux fois au championnat du monde, et la dernière fois je ne suis pas passé loin de la demi-finale.

    Quels sont les critères de sélection pour la candidature 2019 ?
    La dynamique de notre territoire, et je crois que l'on a une carte à jouer en ayant déjà organisé le concours international de tonte de moutons au Dorat en 2013. Il ne faut pas non plus oublier que nous sommes sur le territoire qui organise Tech Ovin, qui valorise le milieu professionnel ovin. Cela montre que le potentiel ovin est important chez nous, et c'est un critère important. Le Dorat est au c'ur du plus grand bassin de production d'ovins. C'est 200 à 300.000 bêtes en moyenne sur un périmètre de 50 kilomètres, et environ 15 tondeurs professionnels qui évoluent sur le territoire.

    Aline Combrouze